News
STMZ

Molly – sauvetage au dernier moment

Molly

Elle est née chez nous en 2003, le 3ème et dernier chaton de la portée. Elle paraissait si douce après la naissance, nous l’avons baptisée Molly. Elle est restée petite et fine et elle pouvait miauler avec insistance lorsqu’elle voulait sa nourriture ou des caresses. A un tel point que les voisins me demandait «N’est-ce pas, elle reçoit suffisamment à manger ?».

Bientôt, les enfants du quartier connaissaient Molly qui se laissait volontiers caresser et qui jouait avec eux. Et elle reçut de la nourriture à différents endroits. En effet, plusieurs désiraient gâter un chaton comme ça, sans devoir en être responsable. Cela avait occasionné quelques conflits, lorsqu’on ne voyait pas la chatte pendant des jours ou des semaines, que les voisines remarquaient … „vraiment, pas de lait non plus…“. Et nous nous sommes habitués à demander aux enfants du quartier dans quel appartement se trouvait Molly en ce moment. Son comportement s’est amélioré seulement lorsqu’elle a –paraît-il – attrapé des oiseaux dans une cage et les a mangés lorsqu’elle était en visite ! Elle restait ensuite souvent à la maison, car elle n’était plus nourri chez les autres et avait fait de mauvaises expériences avec les êtres humains. Le temps a passé, Molly a vieilli et sortait tout juste dans le jardin.  

Puis le mois de mars dernier, la température était douce, le soleil agréablement chaud. La porte de l’appartement était ouverte, Molly a pris une bouffée d’air, cligné des yeux, est sortie, a trotté à travers le jardin avec la tête penchée en avant, et a disparu. Elle n’est plus réapparue, toute la journée, le lendemain, le surlendemain. Je me faisais du souci. Elle n’est pas revenue. J’ai placé un avis de disparition sur STMZ, que j’ai prolongé après un mois, presque sans espoir, mais on ne sait jamais…

Les amis des animaux sont bien organisés. Mon avis de disparition a été envoyé à 132 bénévoles de la région, selon les informations qu’on m’a communiquées par E-mail.

Deux mois plus tard, j’ai entendu un message sur mon répondeur. Est-ce que c’était ma chatte, trouvée dans le quartier, indiquée sur un avis de découverte de STMZ ? Presque en même temps, une voisine était devant la porte : était-ce notre chatte sur Facebook ? Est-ce possible ? Retrouvée après deux mois? Nous nous sommes rendus immédiatement à l’adresse indiquée, moins de 300 m de chez nous, Molly était là. Elle n’avait plus que la peau et les os, pesait deux kilos, elle s’approchait de nous avec peine. Je l’ai portée avec précaution à la maison, puis j’informé la personne qui avait laissé le message sur mon répondeur et j’ai écrit un commentaire sur Facebook-Community.  

La nouvelle de la découverte a vite fait le tour ; un succès sur toute la ligne. Nous sommes amis des animaux me disaient les personnes qui l’ont découverte. Et le système de relations fonctionne ! Je considérais jusqu’à présent Facebook et cie avec une certaine distance critique, aujourd’hui je vois la chose sous un autre angle et aussi avec reconnaissance.

Les chats peuvent souffrir de démence, se perdre dans le propre quartier, me disait le vétérinaire le lendemain. Molly ne peut pas raconter, dans l’appartement elle se comporte très bien, mais dorénavant, elle reste à la maison.

M.B. de Winterthur